Séminaires et Incentives

convention suisse

Conseils d’experts pour séminaires et événements inspirés… en Suisse !

23 juin 2016

Philippe Barbaret, Azoka : « Un environnement de haute montagne exceptionnel »

Philippe Barbaret est directeur de production d’Azoka, une agence événementielle lyonnaise. Il nous décrit un événement créé cet hiver à Villars-sur-Ollon en Suisse.

Philippe Barbaret est passionné par la montagne et le ski. C'est donc en tant qu'expert dans ce domaine qu'il a créé pour une société internationale de capital-investissement une expérience inédite à base de ski et d’amusement…

Quels sont les objectifs de cette opération ?

Cette entreprise organise tous les ans un grand week-end de ski pour ses équipes, à partir d’un jeudi jusqu’au dimanche, pour les fédérer et créer un temps de convivialité. Azoka gère cet événement depuis maintenant quatre éditions. L’événement rassemble 50 des consultants de la société, pour la plupart âgés entre 25 et 40 ans, qui viennent essentiellement de Londres et Paris, mais aussi de plusieurs capitales européennes, voire même de Chine. De ce fait, la gestion logistique est compliquée. D’autant plus que chacun reste entre un et quatre jours, mais tous s’arrangent pour être là le vendredi, la journée clé du séjour.

Pourquoi la Suisse ?

Nous avons proposé la Suisse car le cahier des charges de notre client stipule que la station doit se situer à moins d’une heure d’un aéroport international. Dans les Alpes, seuls ceux de Genève et de Zurich ont cette dimension internationale permettant un accès rapide aux stations, qu’elles soient françaises ou suisses. D’ailleurs nous alternons depuis quatre ans entre la France et la Suisse. Il y a deux ans, par exemple, nous avons proposé Engelberg, accessible depuis Zürich. Cette année c’est à Villars-sur-Ollon que nous avons organisé ce séjour très attendu par les collaborateurs, une station proche de Genève qui offre un domaine de très bonne qualité. La station est d’ailleurs couplée avec Les Diablerets. Même si la liaison entre les deux domaines s’effectue par un vieux télésiège, long et lent, elle permet d’accéder à du ski sur glacier à plus de 3000 mètres d’altitude, une offre très appréciée par les Anglais. 


Que se passe-t-il donc lors de ce vendredi particulièrement attendu ?

Le vendredi est d’abord une journée consacrée au ski. Réunis par niveau, depuis les grands débutants jusqu’aux skieurs confirmés, les participants sont encadrés par des moniteurs tous anglophones, voire des guides de haute montagne pour les plus expérimentés qui ont choisi l’option hors pistes. Après cette journée, qui laisse quelques souvenirs à raconter, la soirée est également un moment important. Tout le monde est ainsi parti à pied depuis l'Eurotel vers la patinoire du village, privatisée pour l’occasion pour une partie de curling. Après les traditionnels coups de balai que nécessite la discipline, tous ont repris la marche quelques minutes vers un petit bar situé sur la place du village, également privatisé. La remise des prix y a eu lieu et un vin chaud traditionnel a été servi.

 

L’étape suivante ?

L’étape d’après passait par la gare de Villars-sur-Ollon, située juste en face du bar, d’où est parti un typique train à crémaillère réservé pour le groupe et dans lequel une coupe de champagne était servie. Direction : le Club-house du Golf, dans les hauteurs du village, où les attendait un repas traditionnel à base de la fameuse fondue suisse, dite « moitié-moitié », mi-gruyère, mi-vacherin. Un kilomètre avant l’arrivée, le train s’est arrêté et tout le monde a cheminé dans la neige vers le lieu des réjouissances. Ce repas est aussi un moment de bizutage pour les nouveaux collaborateurs qui ont dû réaliser une performance devant leurs collègues. Certains ont interprété une chanson, un autre a effectué une série de cinquante pompes, un autre enfin s’est révélé comme un redoutable rappeur… Que de talents !

La soirée ne s’est pas terminée à ce moment-là…

Effectivement, les participants n’étaient pas au bout de leurs surprises. Nous avions organisé pour eux une descente en luge, de nuit, vers l’hôtel. Compte tenu de l’ambiance très festive du repas, nous avons prévu un encadrement important de ce parcours en luge, pour éviter que certains ne s’égarent en forêt. Ce qui est malgré tout arrivé, puisqu’un Suédois a inopinément quitté le groupe. Heureusement, il connaissait la station et a très vite retrouvé son chemin… Une fois en bas, les plus courageux ont terminé la nuit à l’El Gringo, la seule boite de la station, dans une ambiance de feu… Les autres journées ont été beaucoup plus légères et à la carte, même si le ski est resté l’activité principale.

Qu’est-ce qui séduit le professionnel que vous êtes, en Suisse ?

Ce qui me séduit en Suisse, c’est d’abord la rigueur. Quand vous signez un contrat, c’est carré et précis. L’exécution est toujours fluide. J’apprécie aussi le professionnalisme. La notion de service y est très développée, que ce soit dans ce cas précis dans l’hôtellerie, la restauration ou chez les moniteurs de ski. Les infrastructures sont top, à commencer par les stations qui permettent de monter très haut en altitude. Et puis, quand on lève encore la tête et qu’on aperçoit un des cinquante-quatre sommets à plus de 4000 mètres d’altitude, on sait qu’on est dans un environnement de haute montagne exceptionnel. En plus, le réseau ferroviaire y est très développé et permet même d’accéder à plusieurs sommets. Les deux points plus préoccupants sont la réévaluation du franc suisse qui pénalise les professionnels. Le rapport qualité/prix n’est plus aussi intéressant qu’avant. Et puis, j’ai remarqué l’apparition d’embouteillages importants autour de l’arc du Léman, entre Genève, Lausanne et Montreux, qu’il faut désormais anticiper pour des transferts plus fluides.

Un dernier bon plan/coup de cœur personnel ?

Sans hésiter, Zermatt, une station interdite aux automobiles (sauf électriques) depuis longtemps, qui a su préserver beaucoup d’authenticité. Je retiens aussi l’Hôtel Gornergrat, un 3* situé à 3089 mètres, accessible depuis Zermatt par un train à crémaillère. Son niveau de confort est incroyable et chacune des 30 chambres porte un numéro qui correspond à l’altitude de la trentaine de sommets de plus de 4000 m visibles depuis le site. Le panorama inclut évidemment le Cervin, qui domine le paysage. Et skier au pied de ces montagnes, dans ces conditions, est juste une expérience exceptionnelle…

Kulmhotel Gornergrat 3* à 3100 m


Le Suisse Convention Bureau vous conseille gratuitement dans l'élaboration de vos projets de congrès, séminaires & incentives en Suisse.

• Consulter la série de nos webinaires
• Demandez nos 50 bons plans pour un séminaire réussi

Lecture par catégorie
Rechercher
Recevez un résumé mensuel de nos articles
Récemment
Williamine® Morand : la « fruilosophie » suisseLa poire, fruit de saison, a fait la réputation de la célèbre distillerie suisse. L’entreprise...Lire la suite
Meilleurs articles du mois
5 domaines viticoles en Lavaux à privatiser pour vos événementsLes domaines viticoles sont des lieux chargés d’histoire, souvent prêts à accueillir des groupes pour...Lire la suite
« CHEZ Camille Bloch » ou l’événementialisation d’une saga familialeLa première association d’idée et jeu de mot pour ce projet serait « Camille & la...Lire la suite
Cyril Bouquet, IMD business school : « Créer de la valeur pour les individus comme pour le business »Quels sont les types de programmes dispensés à l’IMD ? Nous avons deux types de programme. Le...Lire la suite