Séminaires et Incentives

Conseils d’experts pour séminaires et événements inspirés… en Suisse !

Conseils d’experts pour séminaires et événements inspirés… en Suisse !

29 nov. 2021 457 vues
Mélanie Freymond, journaliste : « La nouvelle génération a beaucoup à nous apprendre sur les nouveaux formats »

Mélanie Freymond, journaliste : « La nouvelle génération a beaucoup à nous apprendre sur les nouveaux formats »

Journaliste de télévision et animatrice plateau depuis 20 ans, Mélanie Freymond a beaucoup travaillé pour des événements digitaux. Elle en tire quelques tendances sur l’événementiel de demain.

Comment avez-vous traversé cette crise ?

Je ne suis pas d’un naturel angoissé, mais le stress de début de crise a été très violent. En quelques semaines, d’énormes contrats ont été annulés et j’ai, comme beaucoup, perdu plusieurs milliers de francs suisses. Tous les indépendants comme moi ont eu l’impression de ne plus rien maîtriser. Le modèle qui avait fait notre réussite ne nous protégeait plus. Il y avait un côté vraiment déprimant à cette situation. Heureusement, les aides du Conseil fédéral sont arrivées.

 

Quelle opinion portez-vous sur les événements digitaux qui se sont multipliés depuis 18 mois ?

Les événements digitaux nous ont clairement sauvés ! Ils sont arrivés d’un coup. Tout le monde s’est mis à faire du digital, au début de façon anarchique. Très vite, la demande s’est structurée, les donneurs d’ordres ont fait appel à des professionnels pour les accompagner, depuis les boites de production jusqu’aux studios, en passant par les agences événementielles. Cette nouvelle donne nous a sorti la tête de l’eau. Pendant neuf mois, j’ai exclusivement travaillé sur ces événements digitaux. C’est évident que mon profil de journaliste de télévision, habituée à gérer la caméra, était privilégié.

 

Les journalistes de télévision ont assurément été très sollicités…

Effectivement ! Comme journaliste télé et animatrice plateau depuis 20 ans, je pense avoir les armes pour aider les speakers qui, même s’ils avaient l’habitude de prendre la parole devant des audiences présentes en live, étaient un peu perdus devant cette nouvelle configuration. Mon rôle a donc été de les coacher. Ce qui permet de capter l’attention des audiences distantes, c’est avant tout l’authenticité. Quand on transmet un discours plus personnel, les personnes présentes derrière leur écran ont davantage de chance d’être attentives. La différence entre l’événement live et l’événement digital peut se comparer à celle entre le théâtre et le cinéma. Dans le premier cas, l’énergie du public nous encourage, nous permet de réagir. À l’inverse, il faut utiliser d’autres ressorts dans le second cas, plus personnels. Le message doit être clair, concis. Raconter une histoire, s’appuyer sur son vécu, sur son expérience, sont des moyens efficaces pour capter l’attention des audiences distantes.

 

Quel a été selon vous le principal impact de ces événements digitaux ?

Le digital a permis d’atteindre de plus larges audiences, plus internationales, qui n’ont jamais été en mesure d’être présentes physiquement. Les organisateurs ne renonceront plus à cette opportunité. C’est pour cette raison que l’hybride est là pour durer. Mais une production de qualité télévisuelle, quand on l’ajoute à l’organisation d’un événement physique, coûte cher. L’hybride ne sera pas à la portée de tous les budgets. Par conséquent, tout le monde cherche actuellement à trouver des solutions pour diminuer les coûts, tout en maintenant l’objectif de capter des audiences en présentiel comme en distanciel. Il y a beaucoup de tests actuellement et c’est tant mieux. On trouvera des solutions. Il suffit de commencer par regarder la nouvelle génération, qui nous montre qu’on n’a pas forcément besoin de plateau télé pour se mettre en scène. Elle a beaucoup de choses à nous apprendre sur l’utilisation de nouveaux formats…

 

Quels sont les sujets qui reviennent dans les prises de parole post-crise ?

La thématique du bien-être est en filigrane de beaucoup de sujets. On sent que les gens ont souffert, sont peut-être encore angoissés. Les entreprises prennent conscience des difficultés traversées et veulent se donner les moyens de conserver leurs talents après cette crise compliquée. Enfin, le thème du développement durable est toujours aussi un peu au cœur des événements. J’espère que toutes ces prises de parole sur ces sujets de notre époque sont sincères. En tous cas, j’ai envie d’y croire.

Organiser votre événement en Suisse
Lecture par catégorie
Recevez un résumé mensuel de nos articles
Récemment
Le
Le Swisstainable Veggie Day, pour promouvoir une alimentation non carnéePlus de 1200 restaurants helvétiques assureront un service 100% végétal, le 1er octobre, lors de...Lire la suite
Meilleurs articles du mois
Le
Le style Roger Federer, une inspiration pour les #eventprofsRoger Federer, le Suisse le plus célèbre du monde, quitte les courts de tennis qui...Lire la suite
5
5 domaines viticoles en Lavaux à privatiser pour vos événementsLes domaines viticoles sont des lieux chargés d’histoire, souvent prêts à accueillir des groupes pour...Lire la suite
Light
Light Ride, une sorte de Mario Kart de la luge installée à LenzerheideLa réputation de Lenzerheide, une station du canton suisse des Grisons, n’est plus à faire...Lire la suite